Comment créer sa micro entreprise en 2022 ?

Les créateurs d’entreprise ont le choix entre différentes formes juridiques et régimes pour lancer une activité. C’est le cas de la micro-entreprise qui correspond mieux à certains profils d’entrepreneur. Pour créer ce type de société, le chef d’entreprise doit suivre différentes étapes. Voici comment créer sa microentreprise en 2022.

La micro-entreprise : C’est quoi ?

Le terme de micro-entreprise renvoie à la taille d’une activité et au régime fiscal auquel elle est soumise. Il ne s’agit donc pas d’un statut juridique en tant que tel. Ainsi, différentes formes d’entreprises peuvent décider d’entrer dans cette catégorie pour profiter d’avantages sociaux et fiscaux. Il s’agit par exemple de certaines entreprises individuelles et unipersonnelles. Dans cette catégorie se trouvent des agriculteurs, des artisans et des commerçants. Ils exercent leurs activités respectivement sous les régimes micro-BA et micro-BIC. Les activités libérales sont quant à elles soumises au micro-BNC.

La micro-entreprise ne peut conserver ce statut que si elle ne réalise pas un chiffre d’affaires supérieur à 176 200 €. Ce montant concerne le commerce et la fourniture de logements. Pour les activités libérales et les prestataires de services, le seuil est fixé à 72 600 €.

L’inscription : comment faire ?

Pour s’inscrire au régime de micro-entreprise, il suffit de faire une déclaration en ligne. Cette démarche peut être effectuée sur la plateforme des formalités pour entreprises du gouvernement ou sur le site de l’URSSAF dédié aux auto-entrepreneurs. En outre, les utilisateurs ont la possibilité de s’adresser à un centre des formalités des entreprises (CFE). L’inscription est gratuite avec un dossier qui contient :

  • un formulaire spécifique ;
  • des preuves d’identité (passeport, carte d’identité, titre de séjour) ;
  • des justificatifs de domicile.
En lien :  Comment choisir la bonne école de commerce du sport ?

Par ailleurs, pour devenir micro-entrepreneur, il faut suivre différentes étapes. La première est le choix d’un nom et l’obtention des autorisations nécessaires dans le cas d’une profession réglementée. La seconde consiste à la domiciliation de l’entreprise (choix du siège social). La troisième est la protection du patrimoine suivie de la déclaration d’existence. Enfin, le créateur obtient les registres obligatoires et assure son activité.

Faites-vous aider par l’Adie : le compte bancaire, les assurances, les avantages

La préparation et la mise en œuvre d’un projet de création d’entreprise ne sont pas toujours faciles. C’est pourquoi l’Adie accompagne gratuitement les porteurs de projets dans leur initiative.

Le compte bancaire

L’Adie conseille les futurs micro-entrepreneurs sur les possibilités de financement et la gestion de leurs finances. Cela passe nécessairement par des choix efficients concernant le compte bancaire lié à l’activité. La banque est en effet un partenaire déterminant dans la réussite d’un projet d’entrepreneuriat.

Les assurances

L’association met à la disposition des utilisateurs une offre d’assurance à travers son partenaire. En effet, les véhicules et les locaux utilisés dans le cadre de l’exploitation d’une micro-entreprise doivent être assurés.

Les avantages

Les autres avantages de cette structure sont les solutions de financement (jusqu’à 12 000 €), l’accompagnement (suivi personnalisé) et les ateliers. Les membres sont ainsi encadrés dès l’étape de la recherche d’idées ou d’informations à l’exploitation.

La micro-entreprise est ainsi un régime juridique très avantageux pour un entrepreneur qui lance une activité en son propre nom. Elle lui permet de croître à son rythme grâce notamment à l’encadrement de structures comme l’Adie.

En lien :  Objets publicitaires : Comment réussir son salon ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *