NetBooster collabore avec Euromaster pour développer sa stratégie de performance digitale

NetBooster (FR0000079683 – éligible ALNBT – PEA-PME), agence européenne indépendante de performance marketing digital, annonce aujourd’hui sa collaboration avec Euromaster, filiale du Groupe Michelin.

NetBooster a été sélectionné par Euromaster pour l’accompagner dans la création et le déploiement de sa stratégie de performance digitale en Europe sur l’ensemble des leviers marketing : SEO, PPC, e-publicité, Médias Sociaux, RTB et CRM.

L’approche ‘customer centric’ développée par NetBooster grâce à sa méthodologie 3D qui maximise les interactions entre les leviers marketing en fonction des intentions des consommateurs, garantit aujourd’hui la réponse la plus pertinente aux entreprises voulant optimiser leurs stratégies digitales.

Par l’étendue de son réseau et la qualité de son offre, NetBooster est la seule agence indépendante en Europe capable de relever les défis rencontrés par des clients internationaux comme Euromaster pour développer leur business on-line

Présent dans 17 pays, avec 10 600 employés et un chiffre d’affaire de 1 832m€ en 2014, Euromaster est l’un des plus grands distributeurs de pneumatiques et de services automobiles en Europe.

Selon Ulrike Ristau-Hutter, Chief Digital Officer du Groupe Euromaster : « Un des principaux challenges d’Euromaster est de générer du trafic vers ses points de vente et ses sites internet. NetBooster est un partenaire de confiance pour mettre en place notre transformation digitale et particulièrement notre approche du business en ligne, qui est le pilier de notre stratégie digitale. Les éléments décisifs de notre choix ont été leurs solutions cross canal, leur expérience de l’industrie automobile, et leur présence internationale à travers un réseau d’agence unifié. »

Tim Ringel, CEO de NetBooster, commente : « Nous sommes fiers qu’Euromaster ait choisi NetBooster pour l’accompagner dans sa stratégie de croissance et de transformation digitale en Europe. Nous sommes persuadés que NetBooster répond parfaitement aux besoins d’Euromaster, en combinant les différents canaux digitaux basés sur une plateforme Data / CRM propriétaire. Des stratégies digitales internationales et transparentes, planifiées et exécutées par un réseau d’agences indépendantes comme NetBooster représente le futur des clients grands comptes internationaux en Europe et dans le monde. »


A propos de NetBooster Group | www.netbooster.fr

NetBooster, groupe indépendant de communication interactive, met à la disposition de ses clients son expertise complète du marketing digital pour leur garantir les meilleures performances pour leurs investissements. L’agence investit dans les technologies et couvre l’intégralité de la chaîne du marketing online à travers son réseau européen: optimisation des moteurs de recherche et marketing, data and analytics (DnA), GroundControl Technology, display, affiliation, RTB, création, eCRM et réseaux sociaux, avec une expertise reconnue dans le marketing digital de demain (Social Media, Vidéo, Ad Exchanges…). NetBooster est coté en Bourse sur NYSE Alternext Paris.

A propos du Groupe Euromaster I www.euromaster.fr

EUROMASTER, une filiale à 100% du manufacturier Michelin, propose des services de maintenance automobile (des services tels que plaquettes de freins, air conditionné…) et des services pneumatiques aux professionnels et particuliers.

  • 2458 centres de services, en commerce intégré ou franchisés
  • 10 600 employés
  • €1 800m de CA en 2014
  • 8 millions de pneus vendus chaque année
  • 2503 véhicules ateliers mobiles dans 17 pays
  • Assistance dans les centres de services Euromaster ou chez le client

 

Communication  
Alexia Cassini (Group Communication Manager)
NetBooster S.A.
Tel. 00 33 (0)1 40 40 27 00
acassini@netbooster.com

Contact Presse
ALIZE RP
Caroline Carmagnol / Wendy Rigal
Tel. 00 33 (0)1 44 54 36 66
netbooster@alizerp.com

Hello Bank ! choisit le département Data & Analytics de NetBooster

NetBooster (FR0000079683 – éligible ALNBT – PEA-PME), agence européenne indépendante de performance marketing digital, annonce aujourd’hui un nouveau partenariat et contrat avec Hello Bank !, la banque 100% en ligne de BNP Paribas.

Après des gains importants tels que PSA, Adidas, Accor et Pierre & Vacances, c’est au tour de Hello Bank ! de choisir le département Data & Analytics de NetBooster pour une mission de consulting.

NetBooster va accompagner la banque dans la définition de ses besoins liés à la collecte et à la gestion de données dans le cadre de l’acquisition clients, et dans la sélection des outils data adaptés. La mission de NetBooster concernera Hello Bank ! et BNP Paribas en France, Italie et Belgique, et uniquement la banque en ligne en Allemagne.

Hello Bank, banque 100% en ligne de BNP Paribas, a été créée en 2013 et compte plus de 800 000 clients.

Thomas Hubert, Head of Data &  Analytics France et Europe du Sud chez NetBooster Groupe, commente : « Notre but, en tant qu’équipe data dans une agence de performance digitale, est d’intervenir sur l’ensemble de la chaîne de valeur liée à la donnée afin d’optimiser au mieux le marketing. C’est pourquoi, en amont des traditionnelles prestations de définition des KPIs, des plans de taggage, de la configuration des outils ou de l’analyse, NetBooster a constitué un pôle dédié à l’accompagnement sur les besoins et sur les choix d’une prestation Data. Les 35 membres de l’équipe DnA de NetBooster fournissent les meilleures solutions à nos clients, depuis les DMP jusqu’au machine learning en passant par les données web analytics, ad-centric ou CRM ».


A propos de NetBooster Groupe | www.netbooster.fr

NetBooster, groupe indépendant de communication interactive, met à la disposition de ses clients son expertise complète du marketing digital pour leur garantir les meilleures performances pour leurs investissements. L’agence investit dans les technologies et couvre l’intégralité de la chaîne du marketing online à travers son réseau européen: optimisation des moteurs de recherche et marketing, data and analytics (DnA), GroundControl Technology, display, affiliation, RTB, création, eCRM et réseaux sociaux, avec une expertise reconnue dans le marketing digital de demain (Social Media, Vidéo, Ad Exchanges…). NetBooster est cotée en Bourse sur NYSE Alternext Paris.

Communication  
Alexia Cassini (Group Communication Manager)
NetBooster S.A.
Tel. 00 33 (0)1 40 40 27 00
acassini@netbooster.com

Contact Presse
ALIZE RP
Caroline Carmagnol / Sophie Colin
Tel. 00 33 (0)1 44 54 36 66
netbooster@alizerp.com

Optimisations des enchères : il est temps d’abandonner l’approche ROI

L’importance des optimisations d’enchères

Déterminer vos enchères de manière optimale est une question d’importance. Faire une enchère trop agressive sur un mot-clé ou un produit peut épuiser très rapidement un budget précieux et ne pas offrir les retours attendus. Être trop conservateur sur des requêtes rentables vous conduira à manquer des opportunités de susciter des affaires supplémentaires. La concurrence dans le paysage numérique s’accentuant, la réussite est de plus en plus déterminée par l’allocation de l’enchère et du budget. Le prix à payer pour des stratégies d’enchères sous-optimales n’est plus supportable.

L’objectif clé de la performance

Pour la plupart des entreprises menant des campagnes marketing à la performance, l’objectif clé est le bénéfice. Il s’agit de maximiser le niveau de bénéfice engendré pour l’entreprise via les supports en ligne par la conquête de nouveaux clients, ainsi que par l’augmentation des transactions à partir de celles existantes. En fonction de l’organisation et de la complexité de l’entreprise, mesurer le bénéfice peut être plus ou moins simple. Mais indépendamment de la complexité de la structure de coûts d’une entreprise, un objectif semble très clair dans la plupart des cas : maximiser la marge brute, c’est-à-dire le chiffre d’affaires des activités de marketing à la performance minoré de tous les coûts variables.

Le problème avec le ROI : exemple

Pour illustrer les limites de l’approche ROI, prenons l’exemple suivant d’achat sur Google de deux produits :

The Problem With ROI: Example 1

Les produits 1 et 2 ont le même niveau de CPC et la même valeur moyenne par commande. Toutefois, ces produits ont des taux de conversion (CR) différents. Tandis que le produit 1 conduit à une conversion tous les 12,5 clics, le produit 2 n’a seulement besoin en moyenne que de 10 clics pour qu’une vente soit réalisée. Par conséquent, le produit 1 présente un CPA et un ROI moins intéressants que le produit 2. Un budget de 20.000 £ réparti à parts égales entre les deux produits donnera les résultats suivants :

 The Problem With ROI: Example 2

Avec un investissement de 10.000 € nous pouvons acheter 4.000 clics sur le produit 1 et générer un chiffre d’affaires de 64.000 £. Le même investissement permet d’acheter le même nombre de clics pour le produit 2, mais le CR (taux de conversion) étant supérieur, ce budget produit plus de conversions et un chiffre d’affaires plus élevé à 80 000 £. En se fondant sur ces chiffres, il apparaît clairement que la répartition des budgets entre les deux produits n’est pas optimale. Ou est-ce le cas ?

Ce que nous n’avons pas pris en compte jusqu’ici, c’est le coût de chaque produit pour le vendeur. Pour les fabricants comme pour les distributeurs, le prix de vente n’est pas nécessairement une mesure correcte de la valeur de chaque vente.

The Problem With ROI: Example 3

Dans cet exemple, la prise en compte des coûts de fabrication met en évidence le fait que chaque vente d’imprimante est 1,5 fois plus rentable pour l’entreprise que celle d’une chaise du bureau. Le produit 1 crée une marge de 150 £ par unité vendue contre seulement 100 £ pour le produit 2. En observant précédemment le chiffre d’affaires et le ROI, nous étions parvenus à la conclusion que si nous avions à choisir entre investir dans du PPC pour des imprimantes ou investir dans des chaises de bureau, ces dernières étaient le bon choix. Mais le sont-elles !?

The Problem With ROI: Example 4

En réalité, notre conclusion initiale était erronée, les imprimantes ayant une marge de 20 % supérieure après déduction des coûts PPC à celle des chaises de bureau. Le chiffre d’affaires et le ROI étaient trompeurs dans cet exemple. Si nous devions choisir d’allouer un budget de 10.000 £ à l’un ou l’autre, l’option la plus rentable pour l’entreprise est le produit 1.

La valeur vie clients

Les marges ne sont pas le seul problème posé par l’approche ROI. Les entreprises, qui font face à des coûts croissants d’acquisition de nouveaux clients, déploient des efforts considérables pour conserver ces clients aussi longtemps que possible. Bien que la fidélisation des clients ne soit pas une tâche aisée, il existe des outils et des stratégies très efficaces permettant de renforcer la rétention de clientèle et la valeur vie clients. Dans ce contexte, tout investissement visant à l’acquisition de nouveaux clients doit être évaluée avec objectivité en prenant en compte les aspects quantitatifs et qualitatifs de la nouvelle entreprise. Afin de prendre la bonne décision, un lien doit être établi entre l’investissement présent dans une acquisition d’entreprise et la valeur que ces nouveaux clients apporteront à l’entreprise dans le futur. Le ROI, tel qu’il est couramment utilisé aujourd’hui par les spécialistes du marketing numérique, méconnaît totalement tout retour futur sur un investissement présent.

Du CPA au ROI jusqu’à… la valeur clic !

Avec l’amélioration des technologies de suivi et la disponibilité des données, le secteur est passé d’une approche orientée vers la transaction (optimisations fondées sur le CPA) à une plus grande attention portée au chiffre d’affaires. Les optimisations fondées sur le ROI nous ont permis de maximiser le chiffre d’affaires à partir d’un budget donné. Pour certains annonceurs, cette stratégie donnera effectivement des résultats optimaux. Mais pour de nombreux autres, les marges du produit et la valeur vie client sont des facteurs clés qui ne peuvent tout simplement pas être ignorés.

Il est temps pour les professionnels du numérique et les annonceurs de travailler plus étroitement ensemble. Un nouvel indicateur de mesure est nécessaire. Et son calcul requiert une association d’informatique décisionnelle et de suivi des données. Nous savons avec certitude ce que nous coûte chaque clic. Il est temps que nous déterminions combien vaut réellement chaque clic afin d’optimiser nos enchères sur cette base. Il est temps de nous orienter vers la valeur clic.